Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Simplifiez votre routine quotidienne

Le pouvoir de la routine matinale a radicalement changé ma vie. Zen habitudes :  me lever à 4h30 du matin, pour profiter du silence et du simple plaisir d’être seul. Seul, concentré, je peux aller courir, écrire, efficace au maximum.

Idées de rituel matinal : définir vos objectifs du jour, sport, lecture, écriture, méditation.

Assurez-vous de meilleurs lendemains grâce au rituel du soir : programmer des routine le soir permet de se relaxer.
Idées de rituel du soir : lire le journal, méditer, tenir votre blog à jour, ..

Comment mettre en place ces nouveaux rituels ?

Il n’est pas évident de s’y tenir tous les jours.

  1. concentrez-vous sur l’une d’elles
  2. considérez les comme des récompenses
  3. racontez vos progrès sur internet

Déblayez votre espace de travail

Les avantages d’un bureau rangé : il vous permet de vous concentrer et vous donne une sérénité digne d’un maître zen.

Par où commencer ? le plus dur est le premier pas… libérez un peu de temps. Retirez tout ce qui se trouve sur le bureau. Et utilisez le principe des piles de papier. 

Revenez à  l’essentiel  quelque soit le moment, traitez sans tarder les dossiers ou papiers qui se présentent. Débarrassez vous de tous les bibelots. Videz le tiroir ou l’étagère entièrement. Triez chaque papier de la pile un par un.

Un système pour garder les choses en ordre : ayez un bac pour les nouveaux papiers. Videz ce bac une fois par jour et chaque chose à sa place.

Un intérieur épuré : utilisez la même technique pour la maison que pour le bureau. une maison en ordre et sans encombrement donne une impression de sérénité, moins de stress et un intérieur plus attrayant. C’est plus facile à nettoyer également.

Ralentissez

Concentrez-vous bien : toute notre attention est dispersée par des milliers de choses dans la journée. Apprenez à focaliser votre attention, à la canaliser plus fermement. Choisissez une tâche simple pour commencer ( manger, jardiner, vaisselle ). Renforcez votre capacité à vous concentrer.

Travaillez lentement mais efficacement : choisir un travail que vous aimez et une tâche importante. Choisir une tâche difficile sans trop et trouver son rythme de croisière. Trouvez un moment et un endroit calme pour travailler. et AMUSEZ VOUS. Récoltez les fruits de vos zen habitudes.

Mangez plus lentement : faîtes une pause dans la journée pour manger plus lentement. Cela a des conséquences positives sur la perte de poids, pour savourer le repas, mieux digérer et réduire le stress. Vous lutterez ainsi contre la vie à 100 km/h.

Roulez moins vite :conduire peut être une activité très stressante. Cela ne l’est plus, je suis beaucoup plus calme au volant. Conduire moins vite permet de moins consommer , de sauver des vies et préserver son équilibre nerveux. Ignorez les autres conducteurs, partez plus tôt, profitez de la route pour réfléchir.

Mince, tonique et en forme

Les écueils des programmes de remise en forme  la recette est simple , faire du sport régulièrement et s’alimenter sainement. Mais si les conseils sont connus, la mise en oeuvre concrète se heurte aux difficultés de la vie quotidienne. Régimes trop stricts, calories cachés, réunions sociales, etc… Idem pour le sport, les horaires, la fatigue, tout pousse à arrêter, voire ne pas commencer.

Programme simple de remise en forme : soyez patient, tout changement doit se faire progressivement.

  1. commencez petit ( 5 à 10 minutes les 1ères semaines ) et faites du sport  des zen habitudes. Planifiez.
  2. le deuxième mois, changez une habitude alimentaire, et ne rater pas une seule séance. N’abandonnez pas.
  3. chacun des mois suivants, fixez des objectifs dans le sport et l’hygiène alimentaire. Récompensez vous de vos progrès.

Dans votre nouveau programme alimentaire, mangez dès que vous ressentez la moindre petite faim, toutes les 4 heures environ. Mangez léger.

30 astuces pour rester motivé

  1. Souvenez vous des bienfaits que vous avez ressenti
  2. du temps rien que pour vous
  3. comptez les calories brûlées
  4. amusez vous et projetez vous
  5. magazines et mannequins,
  6. les blogs et les histoires à succès, les forums
  7. les nouveaux vêtements, être séduisant, ma montée d’adrénaline.
  8. une profonde détente et du temps pour méditer
  9. un partenaire de sport, les cours collectifs, un coach ou entraîneur.
  10. écrire, votre photo avant et après
  11. semi marathon , culpabilité ressentie si vous loupez une séance
  12. la balance, un objectif à atteindre
  13. slogans encourageants, livres, compliments, journée à la plage.

Restez motivé

Comment fonctionne la motivation ?  La motivation est ce qui vous conduit vers un objectif. La meilleure reste de vouloir une chose fortement.

8 façons d’être motivé dès le départ commencer motivé dès le départ est crucial.

  1. Ne voyez pas trop grand,
  2. Un seul objectif,
  3. Analysez vos motivations,
  4. Vous devez en avoir une énorme envie,
  5. Engagez vous publiquement,
  6. Laissez vous gagner par l’excitation,
  7. Programmez le début de votre nouvelle action,
  8. et affichez le.

20 façons de rester motivé malgré les difficultés : 

  1.  Refrénez vos ardeurs, commencez … par commencer, et continuez à relater vos progrès,
  2. évincez les pensées négatives et remplacez par des pensées positives, pensez aussi aux conséquences positives, réexaltez vous.
  3. Lisez sur le sujet, trouvez vous des amis dans le même esprit, lisez les histoires des autres.
  4. Appuyez vous sur vos succès, laissez passer le creux de la vague, faites vous aider.
  5. Suivez la courbe de vos progrès, récompensez vous souvent, privilégiez les minis objectifs.
  6. Prenez un coach ou des cours, ne sautez jamais deux jours d’affilée, projetez vous, prenez conscience de vos envies d’abandonner et accepter les. Retrouvez du plaisir.

Ce que j’en pense :

Suite dans l’action, j’adhère sans réserve à tout le programme. Seul bémol, je pêche dans la mise en pratique depuis deux ans, après avoir fait de gros progrès dans l’hygiène alimentaire et le sport. Au moins je sais que cela fonctionne. J’ai pris acte de remettre en route le programme avec 5 minutes de sport, et une habitude alimentaire par mois. Ce livre est un facteur clé dans les changements qui se produisent pour moi depuis quelques mois.  Certains des principes sont empruntés à d’autres ouvrages. L’avantage de celui-ci est de rassembler ce qui était épars et d’offrir un mode d’emploi pratique.

3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien

Ancien cadre de banque , le stress faisait partie de mon quotidien. Avec le temps et pas mal de lectures sur le développement personnel, je vous livre mes 3 habitudes pour être zen  tous les jours …enfin presque.

Zen habitude n° 1  : un temps pour moi le matin

Petit dormeur, j’ai pris l’habitude de me lever tôt, quand tout le monde dormait encore dans la maison. Ce moment de la journée, je l’appréciais pleinement, dehors sur la terrasse, qu’il fasse froid ou pas. Si vous avez la chance d’habiter comme moi à la campagne, vous pouvez entendre la nature s’éveiller. Il m’est plus facile de me concentrer sur le chant des oiseaux, le gargouillis de la rivière , ou tout simplement de profiter du silence.

J’ai pris le temps de laisser mes pensées remonter doucement à la surface et les laisser glisser. Bien sur, il n’est pas possible tous les matins  d’être aussi zen, mais cela m’arrive de plus en plus fréquemment. Ensuite, je prends le temps de déjeuner, sans téléphone ni internet.

Aujourd’hui, j’ai gardé cette zen habitude en étant entrepreneur, et j’ai rajouté un peu de lecture ( 15 à 30 minutes ).

 Zen habitude n° 2 : la to-do liste

Toujours le matin, je prends un papier et je couche dessus les 3 points importants à voir dans la journée. Le simple fait de les noter fait descendre le « stressomètre » de 5 ou 6 degrés. Pour moi, écrire a toujours été naturel. L’appliquer à mon travail de cadre , qui impliquait de multiples projets , m’aidait à canaliser le stress en posant les actes à faire le jour même.

Ce temps de pose matinal permettait également de laisser émerger des idées qui se sont souvent révélées plus productives que pas mal de réunions interminables…A partir de là, j’appliquai la règle simple : déléguer un maximum d’activités à mes collaborateurs dès que ma valeur ajoutée n’était pas significative.Toute tâche de moins de 5 minutes était immédiatement effectuée ou mieux supprimée.

Pour les autres tâches , la comparaison avec mes objectifs annuels permettait de fixer : soit un classement vertical, soit une affectation à un collaborateur, soit un report sur une liste secondaire. En procédant ainsi tous les matins, cela m’a permis de gérer des projets en simultané ou en décalé, en limitant stress et pression.

Cette seconde zen habitude a muté lorsque je me suis installé à mon compte. J’applique des règles  plus draconiennes, pour ne garder que l’essentiel, l’absence de collaborateurs impliquant d’optimiser mon temps au mieux de mes objectifs top liste.

 Zen habitude n° 3 : Limiter au maximum l’addiction aux mails

Dans la finance, tout passe par la messagerie  et l’appartenance à un groupe augmente encore la pression persistante des mails.. Je participai aussi à des groupes de projets  qui venaient alimenter la masse de messages quotidiens ( environ 180 par jour ).

La solution que j’avais trouvée, même si ce n’est pas un remède miracle, consistait à me servir d’Outlook pour mettre en place des règles de gestion. Cette fonctionnalité permet d’affecter dans des dossiers les mails entrants. Certains mails étaient routés directement sur le collaborateur en charge du dossier, les mails à lire impérativement dans un dossier « urgent à lire », ainsi de suite.

Un mail adressé en copie  où un de mes collaborateurs était destinataire direct, finissait dans la corbeille. L’application automatique de ces quelques règles divisait par deux, voire trois les bons jours les mails à gérer.  Deuxième règle implicite pour les retours de congés, déplacements ou formations : lecture des mails les plus récents en priorité. Ensuite , les mails vieux de 3 semaines sont « poubellisés ».

Aujourd’hui, j’ai heureusement beaucoup moins de mails. J’ai quand même gardé le principe des règles de gestion. Ma boîte de réception est vidée tous les jours, et je ne m’abonne qu’aux flux RSS nécessaires à mes activités. Le principe de relever les mails deux fois par jour ( Leo Babauta ) , n’est pas encore atteint, mais je me limite à quatre fois.

Et vous , quelles habitudes avez-vous mises en œuvre pour rester zen au quotidien ?

L’énergie des arbres

Dans un monde de technologie, il est bon de revenir vers la Nature et de se ressourcer. Personnellement, j’ai depuis tout petit une relation très forte avec les arbres.
Un arbre nous émeut par sa beauté, sa majesté, et sa force.

Rencontre avec un arbre

La rencontre avec l’énergie de l’arbre permet une rencontre avec soi. Chaque arbre possède un champ énergétique comme chaque être humain. L’échange avec un arbre est important, choisissez en un qui vous attire par sa forme, sa majesté, sa puissance.

Regardez attentivement ses fruits, ses feuilles, ses couleurs, son tronc. L’arbre peut agir sur votre état de santé, votre bien être. Il vous aidera à retrouver le calme et la sérénité. Gardez en vous cette image….Libérez vous de vos tensions. Ce contact vous procure de la joie et un profond sentiment de plénitude. L’arbre vit et respire. Vous pouvez établir un contact avec l’arbre de votre choix.

L’arbre est un symbole de puissance par sa verticalité, un signe de sa liaison terre ciel.

Leurs racines sont ancrées dans la terre, et les branches et feuilles dans le ciel.

L’arbre est un trait d’union entre le monde d’en haut, et celui d’en bas. Il se nourrit comme nous d’eau et de soleil, qui rayonne sur lui. L’arbre à son tour rayonne son énergie autour de lui.

Comment se recharger

Voici deux méthodes classiques décrites dans de nombreux livres :

1 / Se mettre le dos contre le tronc de l’arbre choisi. Une main vient contre votre sacrum (bas du dos) et en contact avec l’arbre, l’autre vient en contact sur votre plexus solaire. Au bout de 5
minutes, alternez les mains. L’idéal est d’avoir l’arrière de la tête contre le tronc et les pieds enlacés dans les racines (si c’est possible).

Temps de recharge : environ 10 minutes au total. Pour être discret en ville, on peut varier la méthode en s’asseyant avec un livre dans les mains et le dos contre l’arbre.

2 / Autre méthode : Se tenir debout contre le tronc d’arbre et l’enlacer dans vos bras. Essayer d’avoir le plexus solaire et le troisième œil (entre front et partie supérieure du nez) en contact avec le tronc et bien enrouler vos bras autour du tronc, et si possible les pieds dans les racines.

Temps de recharge : environ 10 minutes aussi.

La méthode du sourcier

Cette méthode est aussi reprise dans les livres , mais moins utilisée, car elle fait appel au corps subtil de l’arbre.

Repérer le corps subtil le plus éloigné du tronc (corps astral). Faire un pas en avant dans cette couche énergétique de l’arbre.

Soyez détendu.
Fermez les yeux, bras le long du corps et demandez à l’arbre, à voix haute ou mentalement : « Peux-tu sentir mes vibrations ? » Après quelques secondes, si vous vous sentez légèrement perdre l’équilibre vers l’avant, cela veut dire qu’il vous a répondu par un « Oui ».

Avancez alors à environ 5 m de son tronc. Soyez détendu. Fermez les yeux, bras le long du corps et demandez à l’arbre, à voix haute ou mentalement : « Peux-tu me donner de l’énergie ? » Après quelques secondes, si vous vous sentez légèrement perdre l’équilibre vers l’avant, cela veut dire qu’il vous a répondu par un « Oui ».

Avancez alors à 1 m de son tronc et tournez-lui le dos. Fermez les yeux, bras le long du corps et demandez à l’arbre, à voix haute ou mentalement : « Donne-moi l’énergie dont j’ai besoin et relâche moi quand c’est terminé » . Après quelques secondes, si vous vous sentez légèrement perdre l’équilibre vers l’avant, cela veut dire que le transfert d’énergie est terminé. Pour certaines personnes bien déchargées d’énergie, cela peut durer des minutes au lieu de secondes.

Temps de recharge : en général de 20 secondes à 2 minutes.

Après, n’oubliez pas de remercier ce grand-père qui vous a fait la grâce de vous donner de son énergie. Vous lui touchez le tronc et lui dites merci.

Quelques recommandations :
Ne choisissez pas un tout petit arbre, mais un bel arbre solide, un arbre-maître.
De préférence, ne soyez pas côté sud.
Ne choisissez pas un arbre malade, car là, c’est lui qui a besoin de notre aide.

Si vous en avez envie, essayez donc la méthode de recharge du sourcier.

Être en résonance

Chaque espèce d’arbre possède sa propre forme distinctive et sa manière très personnelle de croître , communiquer avec son environnement. Dans chaque arbre se manifestent une ou plusieurs qualités. Les découvrir est une aventure fascinante. En pénétrant dans le champ énergétique de l’arbre, vous interagissez avec lui.

Au fur et à mesure que s’affine votre sensibilité à l’égard de l’arbre, vous vous mettez de plus en plus facilement en résonance L’étape suivante consiste alors à savoir comment réagir à cette invitation.

Je peux répondre présent en libérant ma respiration, en détendant mes muscles, en m’abstenant de lutter contre mes émotions ou mes pensées. Ou, je peux refuser l’invitation en résistant et en augmentant les tensions physiques et émotionnelles, par réaction à la qualité de l’arbre.

Voilà une jolie façon de communier avec la Nature. nous avons presque tous la possibilité de côtoyer des arbres. Cette expérience peut être réalisée simplement, une fois , ou renouvelée autant que vous voulez.

Et vous , avez-vous vécu une expérience similaire ? Qu’en pensez-vous ?

L’Art du Temps

Chaque fois que d’une certaine façon, vous lisez un livre qui est fait juste pour vous, il vous est arrivé comme par hasard 😉

J’ai lu L’Art du Temps il y a longtemps et il m’a absolument scotché.
Quand on y pense, il n’y a rien de plus précieux et précieux pour nous en tant qu’êtres humains que le temps que nous avons .

Servan-Schreiber expose les heures et les minutes de nos jours comme un art qui peut vraiment être maîtrisé. Par cloué, je veux dire qu’il commence à partir d’un niveau très élevé de réflexions générales sur la gestion du temps et à ce que l’heure signifie vraiment pour nous.

Il remue le couteau dans les mêmes aspects de notre vie qui ont tendance à drainer le plus notre temps . Une fois que ceux-ci sont évidents pour le lecteur,celui-ci peut commencer à travailler sur l’amélioration sur ces points. Ce livre n’a pas été seulement un moment d’illumination pour moi, mais il a et servira de guide pour prendre en main le temps de ma vie et le transformer en ressource de ma vie.

L’auteur touche à tant de points pertinents qui résonnent parfaitement avec le lecteur, presque comme si le livre avait été écrit pour vous, le lecteur, en particulier.

Il est écrit d’une manière qui est très conforme aux idéaux de la gestion du temps avec des chapitres courts, concis et digeste.

Notre temps est vraiment juste constitué de la perception que nous lui donnons. Après tout, aux yeux de certains, le temps n’existe pas. Une fois que nous pouvons mettre la main sur une bonne perception de ce que nous appelons le temps, le vent sera avec nous et dans les voiles. :biggrin:

Nous avons tous la même quantité de temps de nos jours, et chacun de nos instants a un coût direct qui lui est associée. Servan-Schreiber suggère que nous, en tant qu’individus, devons arrêter de prendre nos décisions basées sur le concept banal d’argent, qui est un atout renouvelable, et de peser notre vie et les décisions quotidiennes sur la base du seul actif dans nos vies qui n’est pas renouvelable : le temps. cela semble évident maintenant , mais est-ce la façon dont il en va toujours?

Après avoir touché à la théorie de l’art du temps développé par Servan-Schreiber, il passe ensuite dans les choses spécifiques de nos vies qui ont le potentiel de consumer notre temps s’il n’est pas utilisé correctement.

Il passe suffisamment de temps à discuter du téléphone, le courrier électronique et l’Internet. Je ne pense pas qu’aucun d’entre nous ait besoin de lire un livre pour savoir que nous passons beaucoup trop de temps à faire les trois choses ci-dessus.

Ils ont enlevé les aspects les plus précieux et enrichissant de nos vies telles que la lecture et passer du temps avec les gens que nous aimons. Beaucoup d’entre nous pensent que le téléphone, Internet et le courrier électronique nous ont permis de faire ces choses mieux et plus efficacement. Il n’est toujours pas et ne sera jamais un bon substitut pour vous asseoir sous un arbre avec un bon livre ou un bon ami et vous ouvrir à la vraie vie.

Le concept final, je voudrais le mentionner avant de vous suggérer de lire le reste à la source 😉 , c’est l’idée de journalisation.

Quelques semaines seulement avant la lecture de ce livre, un ancien collègue m’avait présenté la force de tenir un journal . Puis quelques semaines plus tard, l’art du temps a rendu cela beaucoup plus réel. La journalisation a été si puissante pour un certain nombre de grands esprits de l’histoire de notre monde. Einstein, Da vinci, Edison, ils ont tous gardé des revues. Pourquoi?

Servan-Schreiber recommande de tenir un journal chaque jour qui contienne vos pensées, les rêves, les frustrations, les désirs et tout ce qui vous passe par la tête. C’est seulement une fois que vous avez formalisé ces pensées hors de votre esprit que vous pouvez vraiment commencer à voir ce qu’elles signifient.

J’avais l’habitude de penser que passer par des pensées dans ma tête était suffisant, mais c’est fou ce que j’ai appris sur moi-même depuis que j’ai couché ces pensées sur le papier. J’ai toujours écrit, mais pas de cette façon.

S’il y avait une seule chose à garder de ce livre, je crois que cela devrait être la puissance de journalisation. Elle vous servira pour la vie, les premiers pas dans le sens de la vie et pour comprendre le moment présent de votre vie au lieu de perdre du temps dans votre vie. ?

En tant qu’individus axé sur la réussite quelle qu’elle soit ( personnelle, professionnelle, les deux ), nous devrions tous savoir que la seule chose que nous ne pouvons pas obtenir, c’est plus de temps : le temps de vivre, le temps d’aimer, le temps d’apprendre et le temps pour réussir.

Et pourtant, combien parmi nous va passer du temps à comprendre le temps et la meilleure façon de l’utiliser à notre avantage?

Jean-Louis nous a donné les outils nécessaires pour maîtriser l’art du temps. Ceux d’entre vous qui le liront verront qu’il a trouvé certaines des techniques les plus précieuses pour tous les jours.

Je vais terminer avec une question que chacun de vous devriez maintenant être en mesure de répondre. Certes, le livre ne date pas d’hier , et pourtant quand est-ce le bon moment pour lire un livre comme celui-ci ?

Comment devenir un lève tôt?

Il est bien d’être en place avant l’aube, ces habitudes contribuent à la santé, la richesse et la sagesse. – Aristote.

Les gens du matin sont-ils nés comme ça? Dans mon cas, oui . Dès le plus jeune âge, je n’étais pas un gros dormeur. Bien sûr, la période ado m’a fait lever de temps en temps un peu …tardivement :whistle: , mais cela n’a pas duré. Je préférai même ne pas me coucher et profiter de ma journée , remettant au lendemain soir le repos.

Ce n’est pas forcément un gêne familial , ma sœur est croisée avec une marmotte… mais elle aussi , maintenant , est devenue une lève-tôt.

Il est difficile de devenir un lève-tôt avec la mauvaise stratégie. Mais avec la bonne stratégie, cela est relativement facile.

La mauvaise stratégie la plus courante est la suivante: Vous supposez que si vous allez vous lever plus tôt, vous feriez mieux d’aller au lit plus tôt. Vous décalez le nombre d’heures de sommeil et puis voilà. Seulement, le résultat n’est pas souvent à la hauteur .

Deux écoles de pensée

Il semble qu’il y ait deux écoles de pensée sur les habitudes de sommeil. La première est que vous devriez aller au lit et vous lever à la même heure chaque jour. C’est comme avoir un butoir sur les deux extrémités – vous essayez de dormir aux mêmes heures chaque nuit. Cela semble pratique pour vivre dans la société moderne. Nous avons besoin de prévisibilité dans nos horaires. Et nous devons nous assurer un repos suffisant.

La deuxième école dit que vous devriez écouter les besoins de votre corps et aller au lit quand vous êtes fatigué et vous lever quand vous vous réveillez naturellement. Cette approche est ancrée dans la biologie. Nos corps doivent savoir combien et quand nous avons besoin de repos, donc nous devrions les écouter.

Après pas mal de lecture sur le sujet, des essais et erreurs, je n’ai pas adhéré à ces écoles.

Une troisième voie

Si vous dormez à heures fixes, vous aurez parfois à aller au lit quand vous n’êtes pas assez fatigué pour dormir. Si ça doit vous prendre plus de vingt minutes à vous endormir chaque soir, vous n’êtes pas prêt à dormir à cette heure là. Vous perdez votre temps allongé dans votre lit éveillé.

Un autre problème est que vous supposez que vous avez besoin du même nombre d’heures de sommeil chaque nuit, ce qui me semble une fausse hypothèse. Vos besoins de sommeil varient d’un jour à l’autre.

Si vous dormez sur la base de ce que votre corps vous dit, vous dormirez probablement plus que nécessaire – dans de nombreux cas beaucoup plus, voire 10-15 heures de plus par semaine (l’équivalent d’un jour « debout »plein).

Beaucoup de gens qui dorment cette façon vont aller à 8 heures et plus de sommeil par nuit, ce qui est généralement trop. De plus, prévoir ce que vous allez faire de vos matins peut être difficile si vous vous levez à des moments différents. Et parce que nos rythmes naturels sont parfois en désaccord avec l’horloge de 24 heures , vous pourrez constater que votre temps de sommeil commence à dériver vers une autre vie, décalée avec le reste de la planète.

La solution optimale pour moi a été de combiner les deux approches. C’est très simple, et beaucoup de lèvent tôt le font sans même y penser, mais cela s’est fait consciemment pour moi quand même.

La solution était d’aller au lit quand j’ai sommeil (et seulement quand mon corps me dit stop) et de me lever avec un réveil à heure fixe (6 jours par semaine). Donc, je démarre toujours à la même heure (dans mon cas, 6 heures), mais je vais au lit à des heures différentes chaque soir.

Je vais au lit quand je suis trop fatigué pour rester. Mon test de somnolence est que si je ne peux pas lire un livre pendant plus d’une page ou deux, sans dodeliner de la tête ou cligner des yeux, je suis prêt pour le lit.

La plupart du temps quand je vais au lit, je dors dans les cinq minutes. Je m’allonge, je me mets à l’aise, et immédiatement je pars dans les bras de Morphée. Parfois, je vais au lit à 21h30, d’autres fois je reste jusqu’à 2h du matin. La plupart du temps, je vais me coucher entre 23h et 0h. Si je n’ai pas sommeil, je resterai jusqu’à ce que je ne puisse pas garder mes yeux ouverts plus longtemps. La lecture est une excellente activité à faire pendant ce temps, car l’alerte est vite identifiée.

Quand mon réveil sonne chaque matin, je l’éteins, quelques étirements pendant quelques secondes, et je m’assois. Je le fais automatiquement. Même si je veux dormir, je me lève toujours tout de suite.

Après quelques semaines d’utilisation de cette approche, j’ai constaté que mes habitudes de sommeil se sont installées dans un rythme naturel. Si j’ai trop peu de sommeil, une nuit, je vais automatiquement m’endormir plus tôt la nuit suivante.

J’ai lu que la plupart des insomniaques sont des gens qui se couchent quand leur corps n’est pas prêt à dormir. Si vous n’êtes pas somnolent et vous vous retrouvez incapable de vous endormir rapidement, il vaut mieux se lever et rester éveillé pendant un certain temps. Résistez à dormir jusqu’à ce que votre corps commence à libérer des hormones qui mettent le corps en repos.

Si vous vous contentez d’aller au lit quand vous êtes endormi et puis se lever à une heure fixe, vous allez guérir plus facilement votre insomnie. Donc, si vous voulez devenir un lève-tôt (ou tout simplement exercer plus de contrôle sur vos habitudes de sommeil), alors essayez ceci: Allez au lit seulement lorsque vous êtes trop fatigué pour rester, et levez vous à une heure fixe chaque matin.

Je reviendrai sur ce sujet car il nous concerne tous mais pour l’heure , qu’en est-il de vos habitudes de sommeil ? Etes-vous un lève tôt ? ou bien un gros dormeur ? Avez-vous des rituels qui fonctionnent bien vous ?

Comment devenir un lève tôt – le retour ?

Tout d’abord, sur la question d’aller au lit quand votre corps est prêt à dormir … pour ce faire il faut un mélange de conscience et de sens commun.
Les activités
Si vous faites des activités stimulantes avant le coucher, vous serez en mesure de rester plus tard et de repousser la somnolence pendant un certain temps. . Je peux facilement rester plus tard que la normale si je travaille, si je veux sortir avec des amis, ou faire d’autres activités stimulantes.

J’ai mentionné le test de ne pas être capable de lire plus de quelques pages de texte sans perdre la concentration. Cela ne signifie pas d’attendre que la tête tombe sur le livre …

L’apparition de la somnolence dont je parle, c’est quand votre cerveau commence à libérer des hormones qui vous assomment. Ceci est différent d’ être juste fatigué. Vous vous sentez réellement devenir somnolent.

Un bon exemple est ce qui vous est sans doute arrivé au moins une fois si vous conduisez de nuit régulièrement. Vous sentez vos paupières lourdes, la tête penche et vous avez la sensation que votre corps vous échappe… Vous ouvrez la fenêtre et ça va mieux. C’est cette sensation que vous devez rechercher.

Les conditions

Mais pour ce faire, vous devez créer les bonnes conditions pour que cela se produise. Cela signifie se donner un temps d’arrêt avant de se coucher. Je trouve que la lecture est une excellente façon de se détendre avant de se coucher. Certaines personnes disent que lire au lit est une mauvaise idée …. Je n’ai jamais eu de problème avec ça, quand je suis trop fatigué pour continuer à lire, je peux juste mettre le livre de côté et dormir. Mais lire sur une chaise ou dans un fauteuil ou là où vous êtes bien, cela n’a pas d’importance.

Un autre test que vous pouvez utiliser est le suivant. Demandez-vous: «Si je devais aller me coucher maintenant, est-ce que je pourrai dormir rapidement? » Si vous pensez que cela prendrait plus de 15 minutes pour vous endormir, continuez et rester là.

Une fois que vous avez établi une heure de réveil fixe, il faut souvent un peu de pratique avant de trouver la bonne tranche horaire du coucher pour vous. Au début, vous pouvez avoir quelques grands écarts, rester éveillé trop tard dans la nuit et d’aller au lit trop tôt une autre nuit. Mais finalement, vous aurez une idée de quand vous pouvez aller au lit et vous endormir tout de suite tout en vous permettant un réveil frais et dispos, lève tôt le lendemain.

Si vous voulez un dispositif de sécurité pour vous empêcher de rester debout trop tard, donnez-vous un délai maximum, et même si vous n’êtes pas totalement prêt, aller au lit à ce moment, peu importe.

J’ai une bonne idée de la quantité minimale de sommeil dont j’ai besoin. 5 heures par nuit est une bonne nuit pour moi, mais je peux dormir pendant 4 heures de temps en temps et être OK aussi longtemps que je ne le fais pas tous les soirs.

Si vous consommez de la caféine pendant la journée, il est probable que cela jouera avec vos cycles de sommeil. Si vous êtes accro à la caféine ou un autre excitant briser la dépendance en premier . Ne vous attendez pas à de la somnolence naturelle au bon moment si vous êtes dépendant d’un excitant quelqu’il soit.

Les habitudes

L’idée du message est d’expliquer comment développer l’habitude d’une apparition précoce du sommeil. Donc le conseil est orienté vers la création de l’habitude. Une fois que l’habitude est établie, elle fonctionne plus inconsciemment. Vous pouvez être en train de faire des activités stimulantes comme le travail ou les jeux vidéo, et vous aurez juste à savoir quand il est temps pour vous d’aller au lit, même si cela peut être un moment différent chaque soir. Le test de somnolence est important pour développer l’habitude, mais les signaux subtils prendront le relais par la suite.

Vous pouvez toujours dormir tard bien sur si vous en avez besoin. Si je reste debout jusqu’à 3h du matin, je ne vais pas forcément me lever à 6h du matin le lendemain matin. Mais je vais revenir à ma routine habituelle le lendemain.

Je recommande de vous lever à la même heure pendant 30 jours d’affilée pour verrouiller l’habitude, mais après vous serez tellement conditionnés à vous réveiller en même temps qu’il sera difficile de dormir plus.

J’avais décidé de dormir un dimanche matin et n’ai pas mis mon réveil, mais je me suis réveillé automatiquement à 5h58. J’ai essayé de me rendormir, mais j’étais bien éveillé et ne pouvait pas se rendormir à nouveau. Pas de problème, hop debout. Une fois que l’habitude est établie, il n’est pas difficile du tout de se lever, en supposant que vous allez au lit à l’apparition de la somnolence.

Si vous avez des enfants, adapter est nécessaire. Les enfants peuvent vous couper le sommeil. Et je sais ce que c’est que quand il y a un bébé qui se réveille toutes les 3 heures :sleeping: . Donc, si vous êtes dans cette situation, la règle est de dormir quand vous le pouvez. Les bébés ne sont pas très bons pour s’en tenir à des horaires.

Auto-discipline

Si vous ne pouvez pas vous sortir du lit quand votre alarme se déclenche, cela est peut-être dû à un manque d’auto-discipline. La motivation peut aussi aider, mais la motivation est de courte durée et ne peut durer quelques jours. La discipline est comme un muscle. Plus vous la construisez, plus vous pouvez compter sur elle. Chacun a une certaine discipline, mais tout le monde ne la développe pas . Il y a beaucoup de façons de construire la discipline – vous pourrez lire bientôt les articles que je prépare la dessus.

Fondamentalement, il s’agit de se prendre des petits défis, entamer une démarche de succès, et progresser peu à peu vers de plus grands. Comme votre auto-discipline devient plus forte, le défi de sortir du lit à un certain moment finira par devenir trivial. Mais si votre auto-discipline s’est atrophiée, cela peut sembler un obstacle presque insurmontable.

Pourquoi se lever tôt?

Je dirais que la raison principale est que vous aurez beaucoup plus de temps pour faire des choses qui sont plus intéressantes que de dormir.

Encore une fois, j’ai gagné environ 10-15 heures par semaine à faire cela. Ce temps supplémentaire est très perceptible. Cela donne des heures de temps libre chaque soir pour la famille, les loisirs, la lecture, etc

Et le meilleur de tout, j’ai encore de l’énergie en soirée. Avoir du temps pour tout ce qui est important pour moi, cela m’aide à être équilibré, détendu et optimiste.

Pensez à ce que vous pourriez faire avec ce temps supplémentaire. Même un supplément de 30 minutes par jour suffisent à l’exercice quotidien, lire un livre ou deux par mois, maintenir un blog, méditer tous les jours, préparer une alimentation équilibrée, apprendre un instrument de musique, etc

Une petite quantité de temps supplémentaire chaque jour donne des quantités significatives au cours d’une année. 30 minutes par jour équivaut à 182,5 heures dans une année.

C’est plus d’un mois de travail à temps plein (40 heures par semaine).

Cela double si vous comptez 60 minutes par jour, et triple si vous passez à 90 minutes par jour. J’utilise ce temps pour faire des choses que je n’avais pas auparavant le temps et/ou l’énergie pour le faire. C’est merveilleux.

Et vous, avez-vous envie de vous lever plus tôt ? Pour quoi faire ?

Vous manquez d’idées ? Mettez-vous au jardinage

Jardin d’idées

Tout le monde a des idées. Mais pas forcément au bon moment, au bon endroit, etc… ou bien vous savez que vous aviez pensé à ce super truc qui vous aurait bien aidé, là, maintenant … mais c’était quoi ???? 😉
Ainsi, une petite idée aurait pu en donner une grande , mais vous n’avez rien prévu pour en prendre soin .

Où avez-vous planté vos petites graines d’idées? Comment donnez-vous à ces graines d’idées l’amour et l’attention dont elles ont besoin pour devenir votre prochaine grande idée?

La plupart des gens ont le plus de mal à l’ étape d’incubation dans le processus créatif. Nous avons tous de bonnes idées, mais certains d’entre nous ne font pas un bon travail de capture de ces idées et les couver jusqu’à ce qu’elles soient prêtes à éclore. D’où la nécessité pour chacun d’entre nous d’avoir au moins un jardin d’idées.

Un jardin d’idées est tout simplement un endroit pour garer vos idées. Mais il ne s’agit pas seulement de planter vos idées quelque part – ces graines ont besoin de soleil et d’eau, pour ainsi dire. Sans leur donner l’énergie et l’attention dont elles ont besoin, elles vont juste devenir une autre idée qui ne voit jamais la lumière du jour.

Pour rendre cela plus concret, je vais utiliser mon jardin « idée de blog » comme exemple. Dans un dossier sur mon ordi il y a un tas de fichiers texte avec un titre qui représente l’idée ou un sujet pour un article. Voici à quoi il ressemble:

Création

Mais c’est plus que cela. Chaque fichier a un bref résumé de ce que je pensais. Par exemple, voici le texte de «relation entre incubation des idées et leur stockage»:

Il y a un équilibre très délicat entre donner un peu de temps pour l’incubation des idées et les stocker depuis trop longtemps. Si vous essayez de pousser l’idée avant qu’elle soit prête, il manque la richesse d’une idée bien formée. D’autre part, si vous la laissez trop longtemps, elle perd son pouvoir et peut finir oubliée. A savoir: combien de temps s’accrocher à une idée avant de la partager – parce que les grandes idées sont des produits partagés.

PS : Depuis quelques mois, j’utilise un logiciel Evernote, 💡 qui me permet de centraliser toute les infos , synchronisées et accessibles de partout. C’est cool , mais le système Fichiers fonctionne très bien aussi :mrgreen:

Comme vous pouvez le voir, j’ai suffisamment d’informations pour écrire un article de blog à ce sujet. Mais, plus important encore, vous pouvez voir comment cet article se connecte avec celui que vous êtes en train de lire: parce que j’avais pensé à ce problème, j’ai commencé à penser à une façon de garder les idées au frais.

C’est ce qui explique, dans une certaine mesure, pourquoi quelques-uns de mes messages sont si étroitement liés les uns aux autres – les idées ne viennent pas d’un creux à combler entre deux autres choses. Au contraire, j’alimente le jardin d’idées et j’entretiens des idées, et, la plupart du temps, elles sont liées à d’autres idées.

Plus je m’occupe de ce jardin, plus je me sens l’envie d’écrire. Plus j’écris, plus je trouve de quoi semer dans le jardin d’idées.

D’autres raisons

Une autre raison pour laquelle je le fais comme ça, c’est parce que cela me permet de ne perdre aucune idée. Si j’ai une idée, je vais commencer un nouveau document texte, écrire l’idée dans ma tête, et de revenir à tout ce que je faisais. Quand j’en aurai fini avec cela, je reviendrai au fichier, je le nomme et l’enregistre dans le jardin.

Si je vois que des développements à cette idée me viennent ou qu’elle se connecte avec une autre idée dans le jardin (ou sur le blog), je vais les souligner puis les enregistrer. Parfois, si j’ai le temps, je vais aller de l’avant et écrire l’ article. L’essentiel, cependant, c’est que le plan(t) est là. 😀 Ce n’est pas perdu quelque part dans ma tête, et je ne perds pas le fil du dossier en cours.

Au moins une fois par semaine, je vais aller dans le jardin, ouvrir tous les semis, et voir ce qui doit être entretenu. Habituellement, je vais avoir un bon feeling, et connecter quelques idées, ou développer l’une ou l’autre. Quand j’ai écrit l’article, je vais le passer des semis à mon dossier « articles en cours ».

Un inconvénient de cette façon de faire est que j’ai parfois des goulots d’étranglement. – Les développements se font naturellement car une idée et j’ai du mal à canaliser ce flux. C’est pour cela que dans ce cas j’utilise mes méthodes d’organisation : une tache, un bloc de temps, etc….

Assez parlé de mon processus et les métaphores. La raison pour laquelle cela fonctionne parce que le but du jardin est à la fois la préparation et l’incubation . La technique réelle peut être idiosyncrasique, mais les principes de la technique peuvent être appliqués à tout suivi créatif.

Un graphiste peut avoir un dossier ou un bloc-notes avec les drafts à demi tirés qu’il examine le matin. Un musicien peut avoir des bribes d’une chanson qu’il joue tout s’éclaircissant la gorge. Un entrepreneur peut juste avoir un book de problèmes avec des solutions potentielles. Un peintre peut afficher des silhouettes d’idées sur ses toiles dans un endroit séparé de sa zone de travail principale.

Il est difficile pour moi de donner des conseils précis sur la façon de configurer votre jardin d’idées dans un article parce que c’est vraiment dépendant de votre flux de travail, des processus et du suivi créatif. Cependant, avoir un jardin d’idées est un moyen sûr de garder votre créativité en flux constant et d’avoir de plus en plus d’idées.

Et vous, avez-vous un jardin d’idées? Qu’utilisez-vous comme système ?

Burn-out et dépression, plaidoyers pour une renaissance

Loin d’être un thérapeute et un spécialiste de la question, j’ai tout de même souhaité participer et vous apporter mon vécu.

Dans une autre vie, j’étais banquier ( eh oui , c’est comme ça que les gens nous appelaient , sauf que le banquier , c’était celui qui me faisait bosser, pas moi ). Le monde de la finance m’a fait travailler pendant des années et je remercie tous les gens que j’ai côtoyé. Ce métier a quand même bien failli avoir ma peau.

Cendres

Il y a six ans j’ai été surmené, stressé et « brûlé », descendu en flammes. Obligé de m’arrêter de travailler plusieurs mois.

Vous lirez sans doute des histoires toutes différentes ainsi que des points de vue tranchés sur la question. Pour certains burnout, dépression, sont inévitables, pour d’autres ce sont des maladies imaginaires et c’est parce qu’on le veut bien.

Quoiqu’il en soit, j’ai toujours été du genre à voir le verre à moitié plein. Et pourtant je me suis retrouvé un matin, à avoir un accident de voiture, un « no man’s land » d’une vingtaine de minutes et ensuite une longue période où je ne savais pas si je repartais là-haut ou si je revenais sur terre. Mon corps était présent , mon esprit, lui était déconnecté, en roue libre. Plus de batterie, plus d’envie, plus d’émotion, rien .

Je pense, pour avoir longuement écouté, discuté avec des gens dépressifs , qu’il y a des similitudes.

La Grenouille et l’Autruche

Comment j’ai pu en arriver là ? C’est la question que je me suis posé ….. après Si je me l’étais posé avant ! …. c’est toujours facile de refaire l’histoire.

Avec le recul et en restant simple, pour mon histoire personnelle , c’est le coup de la grenouille.

C’est chaud !
Mettez une grenouille dans une casserole d’eau bouillante. Elle va sauter tout de suite hors de l’eau et vous demander si vous êtes un grand malade 😉

Mettez la même grenouille dans la casserole, avec de l’eau froide. Très doucement, lentement, faites chauffer l’eau. La grenouille va s’ébouillanter sans penser un seul instant à sauter ❓ ❓

Qui a éteint la lumière ?
Deuxième histoire : celle de l’autruche. Cet animal fort bien bâti, avec une vitesse de pointe exceptionnelle a pourtant une fâcheuse habitude. En cas de danger, il s’enfonce la tête dans le sable pour ne pas voir la menace :o., au lieu de s’enfuir en courant, ou de faire face.

Vous combinez les deux et vous obtenez un cocktail EXPLOSIF, qui vous pète à la figure sans sourciller et vous dites merci en plus.

Recoller les morceaux ?

Voici ce que j’ai fait depuis pour m’aider à redéfinir mon chemin de vie.

Tout d’abord, je dirai : « ne recollez surtout pas les morceaux ! » .Quand vous en êtes à ce stade, la dépression , le burnout, etc… votre corps a utilisé l’argument extrême pour vous montrer que vous êtes en disharmonie, en discordance totale entre ce que vous ETES et ce que vous AVEZ, ce que vous FAITES.

Si vous recollez les morceaux, ça veut dire que vous continuez. Donc vous allez retombez dans le trou.

NON , cette épreuve, qui est très dure à passer, ne la gâchez pas en continuant. C’est une opportunité.

Imaginer

Je n’avais jamais pensé que je pourrai vivre sur un petit revenu jusqu’à ce que j’imagine une vie sans dettes. Je n’aurai jamais imaginé que je pourrai changer de vie, de métier, que …

«Et si ? », … et le reste appartient à mon histoire. Le burnout m’a conduit à imaginer une vie où je n’ai pas eu à m’épuiser pour vivre raisonnablement. Qui a tout changé.

A quoi pourrait ressembler votre vie?
Quelle histoire voulez vous construire ?
Si vous êtes malheureux au travail, il y a d’ autres façons de faire de l’argent. Si vous êtes malheureux en amour, il y a tant d’autres êtres magnifiques qui vous accompagneront plus tard.

Regardez une forêt dévastée par le feu : vous vous dites que c’est une catastrophe et que tout est fini. Revenez 6 mois plus tard. La nature a repris le dessus et des jeunes pousses sortent la tête des cendres. La Vie ne s’arrête pas.

Commencez à l’imaginer. Même de simples recherches sur internet peuvent vous aider. Imaginez votre vie sans limites. Quelqu’un d’autre est déjà arrivé à vivre votre vie de rêve , sans aucun doute.

Commencez à vous demander: «Comment ont-ils fait? »

Comment j’ai fait ?

Chemin de vie

  • Convaincre mon employeur de me laisser travailler à mi-temps quelques mois
  • Réduire mon budget pour préparer une reconversion
  • Rembourser mes dettes
  • Quitter mon emploi de cadre de banque, et le confort matériel qui va avec
  • Commencer à m’alimenter différemment
  • Mettre fin à ma relation avec le tourbillon des affaires
  • Faire une pause sur mon rocher perdu pendant un an
  • Faire un travail personnel pour comprendre ce que j’étais vraiment, ce que je ne voulais plus, mes rêves et mes valeurs,…
  • Lire des livres qui ont radicalement changé ma façon de voir la vie
  • Les mettre en pratique
  • Retrouver une identité professionnelle en lançant mon activité de consultant et formateur
  • Travailler 4 jours par semaine, profiter de voir mes enfants, lire à nouveau, marcher, profiter de la vie
  • Tisser des liens nouveaux avec ce blog Plume-Active
  • Me faire plaisir
  • ETRE tout simplement

Rien de tout cela n’aurait été possible sans le burnout. Si je n’avais pas atteint un point où je me sentais épuisé, abattu, brûlé … Je n’aurais jamais pu renaître de mes cendres.

Transition

Bien sûr, le moteur c’est vous. Personne ne peut vous sortir de la dépression. Mais vous pouvez, vous devez – je le crois profondément – vous faire aider. La nature de l’aide importe peu. Pour moi, il y a dans cette fracture, qui peut être brutale ou continue, une perte d’énergie énorme. Ce niveau d’énergie vitale est tellement bas que vous aurez beaucoup de mal à redémarrer tout seul. Vous n’êtes plus en mesure d’écouter les autres. Les conseils ne servent à rien. Il vous faut une béquille.

La béquille ne vous demande pas pourquoi vous faites ceci ou vous avez fait ça? Elle ne vous dit pas qu’il ne faudra pas recommencer, qu’il faut faire XX pour s’en sortir ou que faut vous bouger le c…! Non, la béquille fait juste son boulot : elle vous tient debout. Elle vous soutient, inconditionnellement. Un point c’est tout. Mais si elle n’était pas là, vous resteriez par terre. Et parce qu’elle n’a aucune attente, aucune pression, qu’elle ne vous pompe pas le peu d’énergie qui vous reste, vous la prenez et vous marchez. Cahin caha, en zombie, mais vous marchez.

Une fois que cette béquille vous permet de vous remettre debout, de réapprendre à marcher, vous pourrez vous en passer. Plus tard.

Dans le « je m’en sortirai tout seul », résonne une part d’orgueil ( je parle pour moi  ) . Tendez la main, vous serez surpris de toutes celles qui se tendront vers vous.  Ensuite, c’est à vous de jouer.

Devenir l’artiste de votre vie

Le désir de changer commence avec vous. Une fois que vous le sentez, utilisez ce moteur, cette passion pour expérimenter et essayer de nouvelles choses.

Devenir l’artiste – la Vie, votre vie est votre chef-d’œuvre. Pour retrouver la santé, vous pourriez vous mettre au défi de 10 minutes d’exercice chaque matin. Vous cherchez à transformer votre alimentation? Rien de plus facile en surfant sur internet. Il suffit ensuite de suivre dans la durée.

Prenez position contre la dette en réduisant vos achats à crédit. Le burnout, la dépression apporte ensuite des émotions fortes comme la colère, la peur, la jalousie et la tristesse. Utilisez ces sentiments pour pousser votre créativité sur le grill. Gardez le tonus, mélangez avec de nouvelles idées, des projets, partagez.

Ne rendez pas les gens responsables

Ne vous attendez pas à voir votre employeur réduire le stress au travail. Ne vous attendez pas à ce que votre amoureux(se) vous rendre heureux(se), voir vos enfants changer de vie pour faire ce que vous aviez projeté pour eux…

Ce qui vous est arrivé n’est pas de leur responsabilité. Donnez-vous la permission de faire tout le travail pour en sortir. Ne pas rendre les gens responsables de vos attentes va vous redonner le contrôle.

Vous pouvez être victime ou vainqueur. Trouver une raison de faire quelque chose. Maintenant, personne ne se trouve dans votre chemin.

Mettre votre attention sur les tout petit pas

C’est tout ce qu’il faut pour changer votre vie. Si vous voulez arrêter de fumer, vous pouvez arrêter de mettre une cigarette dans la bouche et allumer la dernière. Une fois que vous maîtrisez la façon qui vous fait agir, vous pouvez tout faire.

  • Vous pouvez décider d’écrire sur tout ce qui vous passe par la tête au lieu de sortir pour le déjeuner.
  • Vous pouvez ranger la bière, les médicaments, … et vous coucher tôt.
  • Vous pouvez sentir vos pieds sur le sol se préparer pour une course, ou bien pour un combat sur un tapis, ou sauter du haut d’une cascade.
  • Vous pouvez téléphoner à un ami, ou mieux passer le voir, au lieu d’allumer la télé.
    Les Mouvements, peu importe leur ampleur, le moment , façonnent votre vie. Le « comment » allez-vous passer par ce mouvement vous appartient. C’est l’ACTION qui va vous remettre en selle.

Demandez-vous aujourd’hui: Est-ce que je crée du beau dans ma vie ?

Recommencer

Le changement peut être lent, mais il faut bien commencer quelque part.

Pour moi, le burnout, le brasier est devenu un arc-en-ciel quand je me suis nourri de nouvelles idées. L’inspiration était partout une fois que j’étais prêt à regarder.

Je le sais maintenant: le Burnout , la dépression, ne sont que le début. Le début d’une nouvelle vie.

Vous n’êtes pas obligé de faire comme moi . N’attendez pas que votre corps IMPLOSE pour agir.

AGISSEZ MAINTENANT

Laissez votre imagination s’envoler.
Découvrez que votre monde peut s’éclairer avant l’épuisement total.
Demandez-vous de vous aider en premier.
Puis, commencez par des petits mouvements. Des actions minuscules.

Comme la construction d’une nouvelle maison, brique par brique, vous allez créer quelque chose de beau et fort.

La vie est belle.

Et vous, avez-connu ces épreuves? Pensez-vous qu’il soit possible de les éviter ? De s’en sortir tout seul ?

Les 7 lois de la gestion des priorités et du temps

Il est possible de faire plus avec votre temps que vous n’en faites actuellement. Vous avez surtout la possibilité de vous concentrer davantage sur les choses les plus importantes de votre vie en appliquant des principes simples qui ont marché pour d’autres et qui marcheront pour vous aussi.

Découvrez ici 7 principes de gestion des priorités et du temps, qui lorsque vous les respectez, optimiseront votre capacité à vous concentrer sur ce qui importe pour vous et ne plus voir votre temps vous échapper.

1. La loi de la chose juste

C’est la loi que nous bafouons le plus. Les parents la cassent en essayant d’éduquer avec amour leurs enfants sans rechercher l’adéquation avec les défis auxquels ces derniers sont ou vont être confrontés. Ils ne vont pas prendre leur avis, sans savoir ce qu’ils aiment et veulent. Les dirigeants incompétents la violent en accordant plus d’importance à la forme qu’au fond. La différence essentielle entre les gens à succès et ceux qui ont du mal à donner un sens véritable à leur vie, c’est que les premiers analysent l’opportunité et l’adéquation de ce qu’ils vont faire avec leurs objectifs les plus importants avant de se mettre à travailler.

Se surprendre en train de faire ce qui ne mérite pas du tout d’être fait, quel que soit l’entrain et l’engagement qu’on y met, est l’une des meilleures manières de mal utiliser son temps. A la fin de la journée, les intentions et les efforts ainsi que l’occupation ne comptent pas. C’est le résultat qui compte. Avoir travaillé toute la journée, tout fatigué, n’a de sens que si on a passé sa journée à faire ce qui ajoute de la valeur à sa vie, à ses rêves, à ses finances, à ses relations, à sa carrière, à sa famille, à son expertise, à sa santé, à sa communauté…

2. La loi de la priorité des priorités

Quand on connait ses priorités, quand on a des engagements plus forts et plus intenses qu’on tient à honorer, il est plus facile de dire NON à tout le reste.
Imaginez que vous vous apprêtez à partir pour un rendez-vous important auquel vous ne pouvez pas vous permettre de venir avec quelque retard. Quelqu’un vous rend visite et insiste pour vous parler. La question est simple : ‘’Allez-vous lui consacrer du temps ?’’. La plupart des gens diront que tout dépend de l’importance de ce qui l’amène. Ce que font les gens qui appliquent les principes de priorité, c’est qu’ils disent tout simplement : ‘’J’ai un autre engagement à l’extérieur. Cela me prendra 1h30. On pourra se voir à ce moment si tu veux ». Pourquoi ? Parce que vous avez déjà un engagement. Votre défaillance ne peut être expliquée par la survenance de cette nouvelle urgence. Pourtant, c’est ce que font la plupart des gens et justement, ils ont du mal à gérer leur temps et à trouver l’équilibre.

3. La loi de la clarté

Cette loi dit qu’il est difficile de mal choisir son chemin quand on sait clairement où on va. La clarté conduit aux bons choix, les bons choix conduisent aux bonnes décisions.
La caractéristique des gens indécis qui perdent du temps à choisir, ou qui finissent par mal choisir, est liée au fait qu’ils ne savent pas exactement ce qu’ils veulent faire de leur vie. Ils ne savent pas dire :

  • quelles sont les valeurs auxquelles ils tiennent,
  • les choses qu’ils ne peuvent pas se permettre de faire,
  • les lignes qu’ils ne doivent pas dépasser,
  • qui ils souhaitent devenir et
  • les qualificatifs et étiquettes qui ne doivent pas leur être collés.
    Nous perdons du temps à gérer les conséquences de nos mauvais choix plutôt que de nous concentrer sur la marche vers la réalisation de notre idéal.

Nous perdons trop souvent de vue cet idéal exigible ainsi que les principes et valeurs qui vont avec.

4. La loi de l’action immédiate

Elle dit qu’il est impossible d’oublier de faire ce qu’on a fait.
C’est simple ! Vous devez appeler votre agence de voyage pour confirmer votre réservation.
Vous avez trois possibilités :

1) Les appeler tout de suite et confirmer la réservation et conserver votre place sur le vol ou dans le train.

2) Noter que vous devez les appeler.

3) Compter sur votre mémoire pour vous rappeler que vous devez appeler votre agence de voyage.

Trois résultats : vous pouvez oublier de lire vos notes et votre mémoire peut faillir parce que vous n’avez pas noté. Mais si vous passez immédiatement l’appel et confirmez la réservation, il est impossible que vous oubliiez de le faire. La clé est la suivante : faire une chose est toujours plus rapide et souvent plus efficace que prévoir de le faire. Ne reportez pas à demain ce que vous pouvez faire maintenant.

5. La loi de l’anticipation

Elle dit que seules les choses qui n’ont pas été faites en leur temps deviennent urgentes.

En réalité l’urgence n’existe pas. Le dépôt de la réponse à un appel d’offre devient urgent parce qu’on a mis du temps à en démarrer la rédaction. Le rapport à envoyer au siège devient urgent parce que celui qui doit le demander l’a demandé en retard ou que celui qui doit le fournir n’a pas anticipé sur la demande ou s’est mis à le produire trop tardivement.

La plupart des gens qui n’ont que des urgences sous-estiment la délicatesse et la densité de la tâche à accomplir et surestiment le temps qui leur reste. En effet, la meilleure manière d’être en retard c’est de dire : « J’ai encore du temps ». La clé est la suivante : si vous travaillez suivant un certain sens de l’urgence : comme si tout est urgent, alors que ce n’est pas le cas, vous allez anticiper sur les urgences futures et plus rien ne sera urgent.

6. La loi de procrastination créative

Je tiens cette loi de Brian Tracy. Elle dit que pour pouvoir faire une chose, il faut en reporter une autre.

En effet la procrastination est l’art de reporter à plus tard ce qui peut être fait maintenant. Lorsqu’on dispose d’un instant à utiliser pour faire deux choses différentes, il faudra reporter l’une d’elle. C’est ici que le mot créatif entre en jeu. Face à une chose importante et une autre moins importante, ceux qui maitrisent leur temps et leur vie reportent intelligemment et froidement la moins importante pour se concentrer sur la plus importante.

Il existe toute une théorie sur la définition de ce qu’on pourrait être considéré comme étant IMPORTANT ET A PRIORISER. Si vous avez du mal à savoir ce qui est important à faire entre deux choses, comparez leurs conséquences futures respectives. Celle qui a une conséquence future moins lourde pour vos objectifs majeurs est celle que vous devez reporter.

Exemple : entre ‘’Rompre son sommeil à l’heure pile, faire du sport et partir’’ et ‘’Continuer à dormir, ne pas faire le sport et arriver en retard au travail’’, qu’est-ce qui a la conséquence future plus lourde ? Le premier naturellement. Mais comme vous le savez, la plupart des gens disent que s’ils ne continuent pas à dormir, ils risquent d’être fatigués dans la journée. Conséquence, ils arrivent en retard et n’ont plus l’occasion de savoir s’ils sont fatigués ou non parce qu’ils sont « charrette ». Pire, ils font les frais du fait de n’avoir pas fait d’exercice sportif chaque jour quand ils dépassent les 45 ans.

7. La loi de la hiérarchisation

Il y a certaines choses qui devraient être faites avant d’autres du fait de leur caractère prioritaire.

Cette loi reprend la loi de la procrastination créative dont nous avons discuté plus haut en y ajoutant une séquence. Le principe est qu’il faut terminer les actions de grande importance avant de démarrer les actions de moindre importance. Pour appliquer efficacement cette loi, classez vos actions à engager suivant un ordre de priorité en utilisant les lettres A, B, C, D, E.

L’exigence ici est de ne pas s’attaquer aux actions B si vous n’avez pas terminé les actions ou activités A1, A2, A3, A4…Vous ne passez aux actions C que lorsque vous avez fini B1, B2, B3, B4…

Les tâches D sont à DELEGUER parce quelqu’un d’autre peut les faire mieux que vous. Vous vous concentrez sur les actions A, B et C.

Quant aux actions ou activités de catégorie E, elles sont à ELIMINER parce qu’on retrouve ici la critique inutile, l’inquiétude, la médisance, les commérages et la colère…les débats politiques…

Alors, qu’en pensez-vous ? suivez-vous des habitudes ?

Pratiquer la compétence du changement

Pratiquer la Compétence du changement

Changer quelque chose dans votre vie, et l’avoir intégré, est une compétence que la plupart des gens ne maîtrisent pas . Mais elle peut être apprise et pratiquée jusqu’à ce que vous soyez bon dans ce domaine.

J’ai passé des années à pratiquer moi-même, par mes anciens boulots et le travail personnel, mais en vérité, je suis vraiment à l’aise avec une habitude au bout de 6 mois de pratique.

Ce que nous recherchons n’est pas seulement la capacité de faire un changement – n’importe qui peut le faire – mais avoir un changement durable qui sera une partie de votre vie aussi longtemps que vous voulez qu’il soit.

Préalable

Vous allez déjà choisir un changement pour commencer

Donc, aujourd’hui, choisissez un changement que vous pouvez faire ce mois-ci. Les seules exigences absolues:

1. Vous devez en choisir un seul, et vous concentrer sur ce point.

2. Vous ne pouvez le faire que 5 minutes par jour. C’est le maximum. Il n’y a pas un minimum de temps, autre que vous devez au moins commencer.

En outre, voici quelques unes de mes meilleures recommandations:

  • Choisissez quelque chose qui est positif (une nouvelle bonne habitude) plutôt que de quitter une mauvaise. Vous aurez la chance de voir les mauvaises plus tard, mais elles sont plus difficiles. Commençons par quelque chose de facile.
  • Choisissez quelque chose que vous appréciez . C’est effectivement très important. Beaucoup de gens font des changements parce qu’ils pensent qu’ils le devraient. Et vous pouvez faire partie de ceux là plus tard. Mais pour l’instant, trouvez quelque chose que vous avez réellement hâte de faire parce que vous l’apprécierez. Si vous souhaitez vous exercer, par exemple, trouver une activité qui soit amusante (et peut-être sociale).
  • Choisissez quelque chose qui est facile à démarrer . Si elle nécessite l’achat d’un tas de nouveaux équipements ou de vêtements ou de conduire 10 minutes pour le faire, c’est trop dur pour commencer.Si vous pouvez le faire à la maison ou dans votre bureau à une certaine heure chaque jour, alors c’est beaucoup plus facile. Vous devriez être capable de le faire dès maintenant. Si c’est dans les 10 prochaines minutes, ce n’est probablement pas assez facile à démarrer.
    Donc, aujourd’hui, il suffit de choisir quelque chose. Ne vous inquiétez pas, vous ne serez pas marié avec elle pour la vie. Vous allez l’utiliser pour en apprendre davantage sur le changement. Et une fois que vous apprenez sur les principes efficaces de changement, vous pouvez changer quoi que ce soit.

Maintenant nous allons commencer à pratiquer.

Pratique du changement

1. Choisissez un déclencheur. Un déclencheur d’une habitude est un événement physique qui précède immédiatement l’habitude et déclenche votre envie de faire l’habitude.

Quelques exemples pourraient être le stress comme un déclencheur pour fumer ou commencer le petit déjeuner comme un déclencheur pour se brosser les dents, ou se réveiller comme un déclencheur pour vérifier votre email.

Vous en apprendrez plus sur les déclencheurs que vous pratiquez, mais pour l’instant, choisissez un déclencheur qui arrive tous les jours sans avoir à vous rappeler consciemment.

Quelques exemples incluent se réveiller, commencer le petit déjeuner, le déjeuner, pour dîner, se brosser les dents, en arrivant au travail, boire votre première tasse de café, quitter le travail, arriver à la maison, aller au lit, etc..en choisir un pour votre nouveau changement.

2. S’engager à le pratiquer tous les jours ce mois-ci. Envoyer à un tas de gens à ce sujet, et demandez-leur de vous tenir responsable. Vous pouvez le faire via Facebook, e-mail, blogs, Twitter, ou tout simplement dire physiquement aux proches dans votre vie. S’engager pleinement dans le changement – ne pas en faire la moitié ou il ne sera pas important pour vous.

3. Ajoutez des rappels visuels dans un endroit où vous le verrez lorsque le déclencheur passe. Si votre déclencheur est de commencer le petit déjeuner, mettre une note ou d’autres indices dans la région où vous mangez le petit déjeuner, le frigo par exemple. Vous voulez vous rappeler chaque fois que le déclencheur se produit.

4. Pratiquez l’action du nouveau changement. Chaque fois que le déclencheur se produit (idéalement une fois par jour), faire le nouveau changement. Il devra être fait très très consciemment au premier abord, mais il sera plus facile à retenir.

5. Essayez d’enchaîner une série de jours. Marquez vos jours de succès sur votre calendrier ou sur un journal ou faire une revue avec les gens prévenus. Vous devriez essayer d’obtenir autant de jours consécutifs réussis que possible.

6. Profitez de l’habitude. Ne vous contentez pas faire la vérification sur votre liste ou de le faire. Faites-le et profitez-en, afin que vous regardez avec impatience chaque jour où vous démarrez la nouvelle habitude.

Cela peut sembler beaucoup d’étapes, mais une fois que vous avez choisi un déclencheur et engagé la fenêtre de tir, c’ est vraiment juste une question de faire le changement chaque jour juste après le déclenchement, et profiter de le faire. JUST DO IT AND ENJOY !

Alors, choisissez un déclencheur et s’engager à aujourd’hui, et apprendre à pratiquer!

Vous risquez de rencontrer quelques problèmes, mais nous allons apprendre comment traiter avec ceux que nous pratiquons. Et à travers la pratique, nous allons commencer à changer nos vies